Москва (Moscou)

Frontière

Je monte dans le bus pour Moscou, il est 17h50. L’hôtesse me remet un papier. Il est impératif de le remplir afin de pouvoir passer la frontière. Rien d’extraordinaire, nom, prénom, numéro de passeport, numéro de visa, date d’entrée et de sortie du pays. Je m’applique en essayant d’anticiper les mouvements du bus.

Il est 23h45, l’hôtesse fait une annonce uniquement en russe et dans une autre langue que je ne connais pas. J’observe les passagers, ils sortent leurs visas. Je fais de même. Nous arrivons à la frontière! Nous doublons un nombre impressionnant de camions attendant leur tour pour passer la frontière. Tout d’abord, une première barrière s’ouvre et le bus s’arrête une dizaine de mètres plus loin. Puis un douanier monte dans le bus et relève nos passeports.

Environ 20min plus tard, on nous rend les passeports. Ensuite, une deuxième barrière s’ouvre et le bus avance encore un peu plus. Nous sortons du bus avec tous nos bagages et nous nous dirigeons vers un bâtiment. Nous formons deux files et nous avançons tour à tour vers les deux douaniers. J’observe la personne devant moi. Quand vient mon tour, je passe mon passeport ainsi que le papier rempli dans le bus à la douanière. Je regarde la personne devant moi qui se dirige vers un portique détecteur de métaux. Soudain, la douanière se met à me parler en russe et tape sur la table. Il faut que je la regarde et que je sois bien face à elle.

Quelques minutes plus tard, j’entends un « clac ». Elle me rend mon passeport et une partie du document rédigé dans le bus. Je passe sous le portique de sécurité et mes bagages sont scannés aux rayons X. On ne me dit rien. Alors, je récupère mes bagages et remonte dans le bus rejoindre les passagers qui me précédaient. Je ne sais pas si les contrôles sont finis et si tout est en ordre pour moi. Je regarde mon visa, il y a un tampon avec la date. C’est bon, je suis entré en Russie ! Le bus repart, il est 00h57. Un écran à la frontière affiche la température il fait -11°C.

Je me réveille vers 4h, je suis étonné de voir le jour se lever. C’est vrai, j’avais oublié le décalage horaire ! Paris est dans le fuseau horaire UTC+1 et Moscou dans celui de UTC+3. Il y a donc 2h de décalage entre Paris et Moscou. Dehors, l’aube éclaire la campagne. Il y a de la neige beaucoup de neige ! À vue d’œil, entre 40 et 50cm. La route est bien sûr dégagée. C’est splendide ! Voilà un exemple de paysages que l’on ne peut pas voir pas depuis l’avion ! Malheureusement pour vous, impossible de prendre en photos ces paysages, car la faible luminosité et les mouvements du bus ne permettaient pas à mon smartphone de prendre une photo correcte.

J’arrive à Moscou vers 9h heure locale, je suis subjugué par le ciel. Il est d’un bleu si pur…


Centre-ville

Je profite de la journée pour visiter Moscou. Pour commencer,  je prends le métro et me dirige vers le centre-ville. Le métro est relativement facile à utiliser, le tout est de bien mémoriser les caractères de la station où il faut sortir. En effet, la Russie utilise un alphabet cyrillique. Les stations sont cependant traduites en anglais. Une quinzaine de minutes après être sorti du métro, je me retrouve à Red Square (place Rouge). Il n’y a pas trop de monde, je suis ébahi par la beauté de la cathédrale de l’Archange-Saint-Michel.

En déambulant autour de la place, je me retrouve devant la cathédrale du Christ-Sauveur. Encore un splendide monument !

Je continue ma journée en me baladant dans Moscou. Moi, c’est comme ça que j’aime visiter une ville. Je marche sans avoir d’itinéraire précis et découvre par moi-même la beauté de la ville.

Il y a 3 choses qui m’ont marqué à Moscou :

  • La première c’est ce ciel. Je ne sais pas si c’était un phénomène habituel ou exceptionnel. Le premier jour, le ciel est magnifique et dépourvu de nuages. Le deuxième jour, quelques nuages parsèment le ciel. Le troisième et dernier jour, de nouveau un beau ciel bleu.
  • La deuxième chose concerne la sécurité. Il y a des policiers ainsi que des gardiens à presque tous les coins de rue. Quand on fait attention, on peut voir un grand nombre de caméras (comme dans toutes les grandes capitales aujourd’hui). On est obligé de passer sous des portiques de sécurité dès lors que l’on entre dans un lieu public fréquenté (métro, centres commerciaux…). S’il n’y a pas de portique, un agent de sécurité vous fouille ou vous passe sur vous un petit détecteur de métaux. Après une journée passée dehors, je décide de rentrer dans un centre commercial pour me réchauffer un petit peu. Me voyant entrer avec un grand sac à dos, l’agent me passe au détecteur. Forcément ça sonne. Je pense à tout ce qui est en métal dans mon sac. Ma gourde, mon couteau, ma petite casserole, ma fourchette-cuillère, ma batterie externe… J’ai peur de devoir déballer tout mon sac. Effectivement, il me fait signe d’ouvrir mon sac. Je commence à enlever ce que j’ai sur le dessus du sac, ça sonne toujours à l’intérieur… L’agent commence à comprendre que ça va être long de tout contrôler, je le vois à sa tête. Il me fait signe que c’est bon sans avoir vu ce qui sonnait. Je pense que c’était ma petite casserole pliable qui affolait le détecteur ! Par ailleurs, il y a régulièrement, des voitures de police ou des véhicules banalisés qui se faufilent dans le trafic avec leur sirène et leur gyrophare.
  • En parlant de véhicules, c’est la troisième chose qui m’a marqué à Moscou. Il y a un nombre impressionnant de gros 4×4 ainsi que des berlines de luxe. Et ce, peu importe le quartier de Moscou. Par contre, ici aucune voiture ou camion n’échappent au mélange de boue et neige fondue recouvrant la route. Ainsi, tout véhicule est marqué d’une couche marron allant du bas de caisse jusqu’au milieu des portières.

Petite anecdote :

Au bout d’un moment, j’ai forcément eu besoin d’aller aux toilettes. Je suis proche du Kremlin dans un parc. J’aperçois un panneau avec une flèche indiquant « WC ». Après avoir suivi les différentes flèches, je me retrouve face à ce panneau :

Droite ou gauche ? Impossible de savoir. Je saisis mon traducteur et traduis les mots « homme » et « femme ». J’obtiens respectivement les traductions suivantes : « Человек » et « Женщина ». Je vois un ‘M’ et un ‘Ж’, je ne suis pas sûr du côté. Soudain, un groupe de visiteurs arrive vers les toilettes. Ils parlent japonais ou chinois, je ne sais pas. Ils se dirigent vers la gauche, je fais de même. Soudainement, ils font demi-tour et les femmes viennent à gauche. Finalement, nous revenons sur nos pas. Les toilettes hommes sont bien à gauche. Non loin de là, j’aperçois un russe qui nous regarde, il rigole !


Moyens de transport

Moscou est une très grande ville. Très imposante avec ses grandes rues et ses immenses bâtiments. C’est d’ailleurs la plus grande capitale européenne. Bien qu’à la surface, Moscou soit impressionnante, il y a un autre endroit où elle démontre sa grandeur et sa puissance. Ce lieu extrêmement fréquenté, c’est le métro ! En effet, ici le métro est un moyen de transport et une attraction touristique. La particularité de celui-ci, c’est la beauté de ses stations. Elles sont bâties à l’instar d’un palais ! En plus de la beauté de ses stations, le métro de Moscou est l’un des plus profonds du monde. Certaines stations sont enfouies à plus de 100m sous terre. Les escalators sont sans fin et pour le plus long, il m’a fallu environ 5min pour arriver en haut. Oui, j’ai calculé !

Dernière nuit a l’auberge de jeunesse de Moscou. Cette auberge et différente de celle de Riga. En effet, dans celle-ci, il n’y a quasiment que des locaux qui ne parlent pas anglais. Je pense que certains dorment ici en attendant de trouver un logement… Malgré la barrière de la langue, je réussis à aider un jeune russe avec le mot de passe de la Wi-Fi écrit en anglais.

Je fais également ma première machine de linge sale!

Je me réveille tardivement, mon train pour Oulan-Oude part dans 3h, je dois encore faire mon sac. Peu après avoir quitté l’auberge, je m’aperçois que j’ai oublié ma fourchette et mon couteau. Je fais vite demi-tour. Je me trompe ensuite de sens dans le métro.

Finalement, j’arrive à la gare chargé d’adrénaline. Je pense que c’est la bonne gare, mais je ne suis pas sûr. En effet, j’ai 4 noms de gares différents, un sur le billet, un sur le GPS, un sur le plan du métro et un affiché devant la gare. Tous ces noms semblent avoir une similitude. Le train part dans moins d’une heure et demie. Il y a seulement un ou deux trains par semaine qui font ce trajet. Et mon visa est valable seulement 13 jours. Je n’ai pas le droit à l’erreur! Je demande à un agent de sécurité dans gare (encore un !). Il me fait « oui » de la tête. Ouf, je suis au bon endroit. Je peux enfin souffler, mon rythme cardiaque diminue.

En route pour Ulan-Ude dans le Transsibérien !

2 réponses sur “Москва (Moscou)”

  1. Cher Timothée, je lis avec émerveillement et admiration tes récits.
    Vois comme le voyage transforme le voyageur : Tu n’étais peut être pas trop littéraire et voilà que tu nous donnes un journal de voyage.; les cours d’anglais ne t’emballais pas et il te faut aller jusqu’à Riga pour avoir envie de t’y remettre ; je ne sais pas ce que t’inspiraient les cours d’histoire et géo et voilà que tu nous fais visiter les monuments historiques des centres villes !
    C’est formidable !
    Je t’imagine par ailleurs te trompant de bus ou anxieux de ne pas louper le train, tu nous racontes tout ça très bien avec ton naturel habituel.
    Courage Timothée.
    Bon voyage dans le transsibérien !
    Je t’embrasse chaleureusement.

    Jean-Marc.

  2. Cher Timothée
    Nous t’avons encouragé dans ce projet. Nous pensions que cette démarche te serait bénéfique. La lecture de ton blog nous le confirme et nous en sommes très heureux.
    Nous sommes confiants quant à tes capacités de réussite. Au delà de la découverte de paysages et de diverses cultures, nous te souhaitons de belles rencontres humaines.
    Puissent toutes ces découvertes éclairer tes chemins intérieurs et t’aider ainsi à construire ta Vie et à la vivre pleinement.
    Tout notre Amour t’accompagne
    Tes parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *